À propos

Paola Caldarella

Couturière depuis toujours, couturière toujours …

J’ai commencé la couture aussitôt sortie des études, eu la chance d’avoir du travail tout de suite dans mon métier et même des responsabilités à l’âge de 21 ans en tant que chef d’atelier dans une entreprise de fabrication de maroquinerie pour des grandes marques.

Devenue rapidement maman j’ai assumé mes responsabilités. Mais le congé fut de courte durée car un employeur était pressé de me recruter afin que je m’occupe de son atelier. Malheureusement, faute de suivre mes recommandations il fit faillite.

J’ai donc pris du temps pour ma fille aînée.

Dans le même temps une promesse d’embauche comme chef d’atelier m’avait été faite dans une très grosse entreprise de plus de 50 personnes, imaginez…

J’y suis allée mais la place promise avait été prise sans m’attendre…

Mais je vous assure que cette entreprise a fait plus qu’une faillite, une vraie catastrophe pour toutes ces femmes employées se retrouvant au chômage, le travail mal fait, à refaire, beaucoup de procédures perdues au tribunal et j’en passe… bref, pour moi trois mois d’activité.

Mais encore une fois on ne m’avait pas attendue pour que je conduise cette entreprise au bon terme.

Enfin j’ai eu ma chance, celle de travailler pour le maître tailleur du 51ème Régiment d’Infanterie de Royallieu près de Compiègne, superbe expérience, très bons contacts avec toute l’équipe et le Maître tailleur qui m’appréciait beaucoup. C’est lui qui m’a offert ma première machine industrielle. Mais le travail se faisant de plus en plus rare pour cause de fabrication à l’extérieur forcément moins coûteuse, de budgets des armées réduits, et le 51ème prêt à être dissous, nous dûmes nous séparer, tous deux vraiment très tristes de rompre une collaboration fructueuse et passionnante.

Une très belle rencontre, un mariage, deux autres superbes filles, la vie quoi !

Suivit une installation en région parisienne où j’ai aidé un ami, dans un tout autre domaine, à doubler son chiffre d’affaire. Puis à son tour il m’a aidée à ouvrir mon atelier de couture «Les Mains d’Or». Quel plaisir pour moi d’entendre de la part de la clientèle: «je comprends pourquoi cela s’appelle Les Mains d’Or !»

De retour à Rennes un emploi de vendeuse de tissus, puis un autre dans un autre domaine où là encore on voulait me garder. Cependant j’avais toujours en tête de créer à nouveau et de mettre à profit mon savoir-faire: une superbe création dans la vente de tissus haut de gamme Italienne, ouverture le 11 Septembre 2001! Quelle journée, tout le monde s’en souviendra… Les banques plus que frileuses et manquant de confiance… fermeture rapide et re petit boulot…

Puis «La Boîte à Couture» pendant douze ans: des hauts, des hauts, des hauts et d’un coup ras le bol: fermeture et bon débarras.

Je suis maintenant toute disposée à transmettre à mon tour tout mon savoir et à enseigner ce beau métier sans fin qu’est la COUTURE.